Impliquez-vous au CAB: c’est scientifique et bienfaisant!

Savez-vous que 9 Québécois sur 10 affirment que la raison principale pour laquelle ils font du bénévolat est la possibilité qu’ils ont de s’impliquer dans leur communauté? Ce sont les résultats du Portrait Social du Québec sur le bénévolat, publiés par l’Institut de la Statistique du Québec en 2010. Pensez-vous que ces résultats aient changé tant que ça? En attendant les prochaines statistiques, force est de constater que les Québécois aiment donner généreusement leur aide, que ce soit de façon informelle ou institutionnalisée.

Les chercheurs en science sociale ont eux aussi voulu comprendre les raisons de l’implication bénévole au Québec, et ont proposé plusieurs pistes. Devant la fascination de l’engagement sans contrepartie, on oppose l’aide ponctuelle, la rencontre fortuite de l’aidant et de l’aidé, mais aussi un peu d’égoïsme dans la recherche d’une forme de reconnaissance, de l’estime de soi, ou encore une motivation acharnée à déployer son savoir-faire. C’est ce que résume le chercheur Atangana-Abé en 2015 (cf:https://www.erudit.org/fr/revues/es/2012-v42-n1-2-es01740/1029014ar.pdf)

Sur le plan psychologique, une chose certaine est que les bénévoles retirent une gratification de leur implication: ne serait- ce que parce qu’ils se sentent utiles à leur communauté en aidant à atténuer les maux dont elle souffre, et parce qu’ils s’estiment gâtés par la vie et veulent redonner.

Au CAB de Cowansville, nous pensons que vous pourrez rejoindre cette dernière catégorie de bénévoles motivés et choyés, comme Jacques Le Royer. A 77 ans, il a visité plusieurs pays et a travaillé pendant plus de 20 ans à l’international. Au Québec, il s’est impliqué en politique et a obtenu pendant plusieurs années la confiance de ses partisans. Il redonne maintenant depuis peu à la communauté en tant que bénévole au transport médical au CAB de Cowansville . Nous aimons à penser que ‘scientifiquement’, cela lui rajoutera de la bonne humeur et encore beaucoup d’années de vie heureuse.

Et vous, qu’en pensez-vous?